Mes petits conseils

Deuil esthétique ?

13 mai 2020

Mastectomie rime avec deuil de son ou ses vrais sein (s). Sans cette étape incontournable, dans le cadre d’une reconstruction, il est impossible de s’approprier sa nouvelle poitrine, qu’elle soit réussit ou non. 
Par contre, doit-on pour autant faire un deuil esthétique ? 

Votre regard n’est pas celui des autres.
La grande différence est qu’il est marqué :

  • de votre expérience physique et psychique (le deuil, les hospitalisations, la douleur, la peur, le renouveau/renaissance, ….), 
  • du degré que vous avez en matière d’esthétique (ce que vous trouvez beau peut être laid pour d’autres et vice et versa), 
  • de sa capacité à intégrer ce qui se passe (ne plus se regarder dans le miroir est un signe de non intégration). 

Aussi, au lieu de parler de deuil esthétique, parlons plutôt d’intelligence esthétique. 


Aussi, c’est quoi être intelligent esthétiquement. 

  • Parce que, parfois, on peut être en perte de repère lors de d’une reconstruction, alors l’écoute d’un chirurgien devient importante. Et la qualité de sa réponse est primordiale et fondatrice. Il est sans doute celui (à compter qu’il ne soit pas mené par une volonté financière) qui peut indiquer au patient si il a une représentation déformée de son corps. La confiance, l’objectivité et l’honnêteté donneront du poids à ses paroles. Les termes utilisés peuvent être lourds de sens. Par ex. J’ai personnellement entendu « ah, effectivement, vous avez des oreilles sur ce sein » (terme technique pour désigner un surplus de peau .  Aussi, quand, dans la foulée, on me demande de faire un deuil esthétique… je ne pouvais pas l’entendre 😉 de mes 4 oreilles.  C’est vous qui allez dire OUI ou NON, ça me convient. Pas les autres.
  • Un chirurgien peut vous dire « ah mais là, c’est très bien », et vous, ne pas vous y retrouvez. Posez-vous les bonnes questions dans ce cas, qu’est ce qui me fait dire que je ne trouve pas cela beau ? 
    • Est-ce que, par exemple, cette nouvelle poitrine ne ressemble à rien à celle que j’avais avant ? Dans ce cas, c’est que vous n’avez peut être pas fait le deuil de votre ancienne poitrine. N’ayez pas peur de voir un psychologue ou d’en parler à votre médecin. Ne restez pas seule.
    • Avez-vous des douleurs physiques ? si oui, il est possible qu’elles viennent empêcher l’appropriation de cette nouvelle poitrine. Tant que le corps lutte physiquement, le psychique ne peut avancer dans le bon sens. Idem : parlez-en à votre chirurgien ou médecin. Ne restez pas seule. Des personnes spécialisées sont là pour vous aider.
    • Avez-vous d’autres vraies raisons ? (prothèses qui débordent du thorax ? « chute » de prothèse vers le bas du corps ?  » ….)


Dans tous les cas, si vous n’êtes pas en accord avec vous-même, consultez d’autres personnes spécialisées pour avoir d’autres avis. C’est aussi cela, être intelligent esthétiquement. C’est se remettre en question et se confrontez pour trouver de la beauté dans le visible et l’expérience que vous en ferez.